mercredi 23 décembre 2009

PASSAGES ou LE CANARI MINERAL PICORE LE COEUR DE LA NUIT

Tout se passe comme s'il y avait une réticence à nommer
ses traits de personnalités.
La morale de tous ces corps livrés au public,
La découvertes du monde des portes,
La visibilité et les circonstances
contribuent à nous expliquer l'importance des correspondances
entre «les causes» désordonnées
où l'on retrouve un mythe et le terme "invertébré"
dans la mise en scène du corps  modifié.
Là encore se noue la question de l’émergence du corps
entre l'alcoolisation et la dégradation de la vie érotique.
Au vu de ces dérives,
trouver dans cet univers décrépît de béton triste
le terreau fertile à l’exploration de ses
cult-addicts à la recherche d’effets gore outranciers
en montrant des figures d’écolières évoluant de nuit
dans un bain d’acide.
Prescriptions secrètes pour la chambre à coucher,
exploration des mystères de l'impératrice,
la lèvre inférieure est le phallus,
bien qu’il soit essentiellement fondé de pouvoir.
Une satisfaction importante aux odeurs de ses excrétions,
le printemps en origami,
mai plié en calanques osseuses.
Le coeur n'y est pas
et le mot d’ordre semble être
une parabole sur la liberté individuelle
et sur notre monde plein de mensonges,
où le bogue devient un peuple en mal divin
s’ouvrant un passage dans les os de la mer...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire