jeudi 10 juillet 2014

Throbbing Gristle - Muzik and Interview













Cosey and Sleazy pre-TG performance at Nuffield in 1977

Cosey Fanni Tutti and Genesis P.Orridge

Chris Carter and Cosey Fanni Tutti

lundi 16 juin 2014

JOYCE MANSOUR - LES MORTS AUX TÊTES DE CHIENS


A André Pieyre de Mandiargues

Je sais que les morts en coït muent et réapprennent
                                                               à souffrir
Quand la lune sort sa verge aux yeux de pluie
Ils bougent dans leurs plaies et tournent et semblent
                                                                  défaillir
Endiablés par le vide
Perdus disloqués
Ils emplissent l'air de leurs membres ouvrent leur
                                                   bouches crient
Des perles bourgeonnent sur leurs jolis moignons
Le lait jaillit
Mais la bruine gonfle les cieux où nage la pourriture
Noyant même les morts aux yeux endimanchés
Noyant les tyrans qui se disputent l'éternité
Faisant flotter hommes et biens
Femmes enfants hommes chiens chiens à têtes d'homme
Tous ces chiens d'hommes
Ces biens d'hommes
Dans la soupe filandreuse
Du néant.

(Extrait de « Rapaces » 1960)

Joyce MANSOUR présente à Georges BENAYOUN
sa collection d'oeuvres d'art rassemblée avec BRETON
et décrit sa relation avec lui. Man RAY commente l'humour noir.
Lecture d'Aphorismes de Georg Christoph LICHTENBERG.

lundi 9 juin 2014

Lune Not Une / Swan Chant by Zaz Zetoun Mind


lundi 14 avril 2014

GEORGES BATAILLE - HANS BELLMER - MARQUIS DE SADE

« Les effets n'ont peut-être pas toujours besoin d'une cause. »
SADE



   Très différent de ses héros, en ce qu'il témoigna souvent de sentiments humains, il connu des états de déchaînement et d'extase qui lui parurent de beaucoup de sens à l'égard des possibilités communes. Ces états dangereux auxquels le conduisaient des désirs insurmontables, il ne jugea pas qu'il pouvait ou devait les retrancher de la vie. Au lieu de les oublier, comme il est d'usage, en ses moments normaux, il osa les regarder bien en face et il se posa la question abyssale qu'ils posent en vérité à tous les hommes. D'autres avant lui avaient eu les mêmes égarements, mais entre le déchaînement des passions et la conscience subsistait l'opposition fondamentale. Jamais l'esprit humain ne cessa de répondre parfois à l'exigence qui mène au sadisme. Mais cela se passait furtivement, dans la nuit qui résulte de l'incompatibilité entre la violence qui est aveugle, et la lucidité de la conscience. De son côté, la conscience, dans sa condamnation angoissée, niait et ignorait le sens de la frénésie. Le premier, Sade, dans la solitude de la prison donna l'expression raisonnée à ces mouvements incontrôlables, sur la négation desquels la conscience a fondé l'édifice social et l'image de l'homme. (…)

Sade se fonde sur une expérience commune : la sensualité – qui libère des contraintes ordinaires – est éveillée, non par seulement par la présence, mais par une modification de l'objet possible. En d'autres termes, une impulsion érotique étant un déchaînement (par rapport aux conduites du travail, et, généralement, à la bienséance) est déclenchée par le déchaînement concordant de son objet.

Georges Bataille
« Sade »

in La littérature et le mal

Bellmer manifestait une véritable prédilection pour l'œuvre de Sade, aux thèmes de laquelle il a consacré plusieurs suites de gravures ( A. Sade, Petit Traité de Morale, Mon arrestation du 26 août) dont nous donnons ici quelques extraits les plus représentatifs.









 (Extrait de Obliques/Bellmer, Éditions Borderie 1979)

jeudi 27 mars 2014

MAURICE FOURRÉ – OMBRES ET CORBEAUX CHANTEURS

Voici les fantômes légendaires, les revenants hallucinants et les farfadets thuriféraires, toute une communauté aux lunettes de phosphore, qui colporte, avec des futilités libertines, des lambeaux de lingeries livides, et le vieil angélus de naissance ou d'agonie, avec un collier chantant de perles cristallines accompagnant la danse médiévale des Innommables.
      De longues mains liturgiques se désincarnent pour offrir d'immortelles   roses et le baiser de paix des lèvres sans couleur, sur le tapis de cendre où l'armure, vidée du chevalier de fer, s'entoure d'une dalmatique écarlate que brode un invisible acier, devant le trône du cadavérique empereur, répudiant le sceptre du désespoir lunaire.

             Gaminerie sautante de l'heure.
             Caracolade mortuaire.
                        Yeux de verre
                                        Hennissements de la Nuit  
                        Tintez
                                  minéraux
                                         accompagnateurs                    
           et
           métaux
                                          harmoniques
           Offrez
                     vos échos
                                      vides
                     pipeaux
                     des structures 
                                      osseuses
                    de l'ombre
                    qui danse
                    et
                    qui chante
             - Nous avons sept ans ce soir...
             - Messieurs les Défunts vont nous conduire aux chevaux de bois...             
              - On fera la ronde des ossuaires...
              - Pour le carnaval des truands.
              - Des prélats.
              - Des sorcières.
              - Des belles d'amour et du roi.
              - On enfourchera les jambes de bois des culs-de-jatte.
              - On jouera au moulin à vent dans l'aire du sépulcre avec les béquilles de  
l'ex-voto...
              - Nous sommes les Rêveurs , que l'on va pendre à la balancelle des corbeaux en fleurs...


(Extrait de Maurice Fourré « Tête de Nègre", roman, 1960)
(Collages : Cerkita Zünd)