samedi 7 octobre 2017

GUY CABANEL - A l' ANIMAL NOIR - Cinquième animal – LÉZARD, ô ancêtre !

(Premier texte)

AU HASARD DE TA LANCE TU ERRES parmi les cataclysmes, prêt à céder au doux plaisir de tes jeux blancs et noirs, à disparaître, t'élancer vers l'est, zèbre de cuir.
      Braise si dure déversée sur le pouls de ta blanche amie cachée sous l'ombre où bat ton cœur maritime, ta peau d'algue rocheuse abrite les aspirations autrefois réalisées par les habitants hybrides qui peuplaient l'ancien monde ; et la sinistre fente de tes yeux blonds annonce la monstrueuse résurrection des géants.
      Toi qui régnais sans conteste sur les quatre éléments prodigués sur la terre, tu as maintenant choisi les entrailles de cette même terre pour concentrer la puissance de ton désir qui ne saurait tarder à créer mille fissures et par là s'élancer en crépitant à la conquête de l'air.
      Ta cause est entendue dans tout le pays dont s'écarte la lumière artificielle du soleil.
      Ta propre incandescence est le soleil bleu des profondeurs qui impose l'activité indéréglable du rêve et parmi ton cheptel, ô berger noir, laisse croître des plages garnies de vigoureux ténébrions.
      C'est là, parmi les forêts de rhomboèdres et les jardins de sable, que la terre nourrit, des générations mortes, les êtres impatients du futur qui, siècle par siècle, progressent en nageant vers un but inconnu.

Guy Cabanel, "À l'Animal noir", illustré par Robert Lagarde 
(HC, 1958. Réédition L’Éther Vague, 1992)

mardi 8 août 2017

Maurice Fourré - Ombres et corbeaux chanteurs

Voici les fantômes légendaires, les revenant hallucinants et les farfadets thuriféraires, toute une petite communauté aux lunettes de phosphore, qui colporte, avec des futilités libertines, des lambeaux de lingeries livides, et le vieil angélus de naissance ou d'agonie, avec son collier chantant de perles cristallines accompagnant la danse médiévale des Innomables.
   De longues mains liturgiques se désincarnent pour offrir d'immortelles roses et le baiser de paix des lèvres sans couleur, sur le tapis de cendres où l'armure, vidée du chevalier de fer, s'entoure d'une dalmatique écarlate que brode un invisible acier, devant le trône du cadavérique empereur, répudiant sceptre du désespoir lunaire.
Gaminerie sautante de l'heure.
Caracole mortuaire.
              Yeux de verre.
                                   Hennissement de la Nuit.
              Tintez
                           minéraux
                                      accompagnateurs
                et
                métaux
                                      harmoniques
Offrez
               vos échos
                                      vides
                pipeaux
                des structures
                                     osseuses 
                de l'ombre
                qui danse
                et
                qui chante
- Nous avons sept ans ce soir
-  Messieurs les Défunts vont nous conduire aux chevaux de bois...
          - On fera la ronde autour des ossuaires...
          - Pour le carnaval des truands.
          - Des prélats.
          -  Des sorcières.
          - Des belles d'amour  et du roi.
          - On enfourchera les jambes des culs-de-jatte.
          - On jouera ua moulin à vent dans l'aire du sépulcre avec les béquilles de l'ex-voto...
          - Nous sommes les Rêveurs, que l'on va pendre à la balancelle des corbeaux en fleurs...

                                                                         (Extrait de "Tête de Nègre", roman, 1960)


La belle Tentée. Bois anonyme du XVIe siècle

samedi 22 juillet 2017

Alfred Jarry - Végétal

Cerkita Zünd (collage)
Le Vélin écrit, rit et grimace, livide.
Les signes sont dansants et fous. Les uns, flambeaux,
Pétillent radieux dans une page vide.
D'autres en rangs pressés, acrobates corbeaux.

Dans la neige épandue ouvrent leur bec avide.
Le livre est un grand arbre émergé des tombeaux.
Et ses feuilles, ainsi que d'un sac qui se vide,
Volent en vent vorace et partent par lambeaux.

Et son tronc est humain comme la mandragore ;
Ses fruits vivants sont les fèves de Pythagore ;
Des feuillets verdoyants qui poussent en avril.

Et les prédictions d'or qu'il emmagasine,
Seul le nécromant peut les lire sans péril
La nuit, à la lueur des torches de résine.

("Les trois meubles de mage surrané", II, "Végétal",
in Les Minute de sable mémorial, 1894)

mardi 6 juin 2017

En compagnie d'Antonin Artaud

Antonin Artaud, portrait photographique
de Man Ray, 1926-1927

Les samedis de France Culture - (1ère diffusion : 10/05/1975)

Par Roger Vrigny - Avec Marthe Robert, Hubert Juin, Jacques Brenner, Henri Thomas, Paule Thévenin et Bernard Noël


“J'aime mieux le bruit de mon pas sur la terre que le viol des éternités”
Antonin Artaud “Suppôts et Supplications”, in OC XIV.

“Dans l'état de dégénérescence où nous sommes, c'est par la peau qu'on fera entrer la métaphysique dans les esprits.”
Antonin Artaud, “Premier manifeste du théâtre de la Cruauté”.

“Qui pourrait s'imaginer qu'il y a de par la terre des gens qui trouvent que ça ne va pas encore assez mal et qui font tout ce qu'ils peuvent tout le nécessaire et le requis pour que ça aille au plus mal du mal.”
Antonin Artaud - Extrait de “50 dessins pour assassiner la magie”

 

«Ce que c'est que le Moi, je n'en sais rien. La conscience ? Une répulsion épouvantable de l'Innommé, du mal tramé, car le JE vient quand le cœur l'a noué enfin, élu, tiré hors de ceci et de cela, contre ceci et pour cela, à travers l'éternelle supputation de l'horrible, dont tous les non-moi, démons, assaillent ce qui sera mon être…»
Antonin Artaud, Supplément au voyage des Tarahumaras, 1944.




Antonin Artaud - Autoportrait, fusain circa 1920

vendredi 12 mai 2017

JOYCE MANSOUR - Le monde est un oiseau...

Il tape des pieds
Sur une tombe ouverte
Il picore le crâne d'un enfant
Mou sous son bec d'acier
Il bat des ailes
Il chante
Le monde est un oiseau qui chie


(Extrait de "Trous noirs", Éditions La Pierre d'Alun, 1986, ouvrage illustré par Gerardo Chavez)

mardi 11 avril 2017

Antonin Artaud - "Les nouvelles révélations de l'Être" (Extrait)

Voilà longtemps que j'ai senti le Vide, mais que j'ai refusé de me jeter dans le Vide.
J'ai été lâche comme tout ce que je vois.
Quand j'ai cru que je refusais ce monde, je sais maintenant que je refusais le Vide.
Car je sais que ce monde n'est pas et je sais comment il n'est pas.
Ce dont j'ai souffert jusqu'ici, c'est d'avoir refusé le Vide.
Le Vide qui était déjà en moi.

Je sais qu'on a voulu m'éclairer par le Vide et que j'ai refusé de me laisser éclairer. Si l'on a fait de moi un bûcher, c'était pour me guérir d'être au monde.
Et le monde m'a tout enlevé.
J'ai lutté pour essayer d'exister, pour essayer de consentir aux formes (à toutes les formes) dont la délirante illusion d'être au monde a revêtu la réalité.

Je ne veux plus être un Illusionné.
Mort au monde ; à ce qui fait pour tous les autres le monde, tombé enfin, tombé, monté dans ce vide que je refusais, j'ai un corps qui subit le monde, et dégorge la réalité.

(L'intégralité du texte peut se lire ICI)

Antonin Artaud -  Les corps de terre, 3 Mai 1946

samedi 18 février 2017

Necktar 2017 Volume 9 (free download)

Free download / Téléchargement gratuit / Descarga gratis 

 

Page sur Internet Archive : https://archive.org/details/Necktar2017Volume9/

Pages du site internet : http://necktar.info/Necktar_2017/Volume_9/index.htm

Lien direct de téléchargement gratuit : http://www.archive.org/…/Nec…/Necktar2017Volume9_vbr_mp3.zip

Le site de Necktar ; http://necktar.info
  
Zaz Zetoun Mind est présent sur la compilation avec "Kantüz Echoes", "Zosdenia on death row" et "Ashikamik Togül"


mardi 24 janvier 2017

JEAN PIERRE DUPREY - DESCENTE AUX ENVERS

  Là-bas, il se déplie, plus bas encore, il s’est surpris… Fantôme à chaque tournant du corps : dans le feu, affolé, dans la terre éthérée… c’est là qu’on le trouve, là, au lieudit où le soleil ne fait bouillir que la marmite des minuits

  Décor : La demeure sans fenêtre, aux regards sans porte, aux oreilles sans mur, ou seulement, seulement, alors, autour de la chambre ouverte par une blessure qui m’était faite.
Quelqu’un traduisit le langage des ombres : « Rien que le silence pour maudire ! » La voix avait l’absence du sel dans la lune.
La voix disait encore à quelqu’un : « Je t’abandonne ! »
Et ce quelqu’un venait à moi penché, sur ma mort ou inventé dans mon existence.
Quelqu’un ayant parlé, je me compris au piège de mon trajet. Quelqu’un disait : « Ah là, cerveaux, si l’on vous tourne ! »
  Et moi, je me prenais au piège de mon trajet d’ombre noyée où la mer couvait un œuf de patience.
  Et quelqu’un : « Cerveau, que de pensées enterrées sans nom ! »
  Et là je me voyais descendre dans l’imagerie d’un sable toujours plus fin et, me suivant à la trace, entendais les sable perdus voyager des pas mouvants dans ma poitrine…
Et quelqu’un : « Cerveau, fantôme chaque fois ! »

  Cela suffirait-il pour m’écarter de mes dents, pour m’éviter de mes yeux ?

J’inventais :
  Qu’ayant la mer, je me gorgeais de quelque sang, où je coulais, moi-même liquide, vers ces rivières nommées : Merci.
  Qu’ayant le temps, je me secouais d’un vent nommé Merci, en une grande carcasse de rire dont je ne finirai plus de compter les morceaux.
 Et qu’avant tout… devant mon invention, je me dressai, muraille, je relevai la face, les yeux dans les yeux du Visiteur.

( Extrait de « La fin et la manière , Le voyageur épris au rêve», 1959. Ed. Le Soleil Noir 1965)

Jorge Camacho  - Le crâne-de-nuit
(Hommage à Jean-Pierre Duprey) , 1964

dimanche 18 décembre 2016

La Gourgue d'Asque, "La petite Amazonie des Pyrénées"

Mousses et lichens donnant des allures spectrales aux arbres qui bordent le torrent jusqu'à l'Oueil de l'Arros, au cœur de "La petite Amazonie des Pyrénées" dans les Baronnies.

 Pour plus de renseignements voir ICI


























samedi 19 novembre 2016

Angèle de Foligno de Natacha Muslera (2009)

Cécile Duval interprète Angèle de Foligno

2009/45 min/couleurs 16 mm numérisé/nagra analogique

Tournage : Alpes de Haute Provence, Marseille

« Angèle » interprétée par Cécile Duval — Images Boris Belay — Son & Composition : Nicolas Gerber — Montage Keja Ho Kramer — Réalisé par Natacha Muslera

Le film nous fait entendre un texte, celui du « Livre des visions et instructions » écrit au XIIIème siècle, qui relate l’expérience absolue d’une mystique : Angèle de Foligno, franciscaine. Les images se déclinent en onze visions dans lesquelles les douleurs d’Angèle prennent corps.

« Faire entendre et faire passer ce récit aujourd'hui, réactualiser le mysticisme radical, ainsi que la portée politique qu'implique l'expérience d’Angèle de Foligno et sa persistance huit siècle après, voilà le but jamais atteint de ce film, mais qui l'aura cherché, jusqu'au bout. "


Angèle de Foligno from suitcase films on Vimeo.


Le site de Natacha Muslera ICI
Le livre des visions et instructions de la bienheureuse Angèle de Foligno
Traduit par Hernest Hello : ICI 
Sur "Archive.org" ICI 

lundi 3 octobre 2016

Jorges Luis Borges - La luna

La lune

La silencieuse amitié de la lune
(je cite mal Virgile) t'accompagne
depuis cette – engloutie aujourd'hui dans le temps -
nuit ou soirée, où tes yeux
distraits la déchiffrèrent pour toujours
dans un jardin ou un patio qui sont poussière.
Pour toujours ? Je sais que quelqu'un, un jour
pourra te dire en toute vérité :
Tu ne reverras pas la brillante lune,
tu as épuisé la somme prédéterminée
des occasions que t'accorde le destin.
Inutile d'ouvrir toute les fenêtres
du monde. C'est trop tard. Tu ne la trouveras pas.
Notre vie durant, nous découvrons et oublions
Cette douceur accoutumée de la nuit.
Certes la lune est encore au ciel.
Il faut la regarder bien. Elle est peut-être la dernière.


Jorges Luis Borges, traduction Roger Caillois