mardi 12 août 2014

ESTHER MOÏSA – Appartement 120 (extrait)

Dessin de Jacques Duvivier
Reste un dernier rôle à retirer dans le hall.
Puis c'est jet de fièvre une salve de nerfs avant de ramasser
la poubelle.
Un stock de pousses de paon l'orgueil sans un client.
Une souche d'espèce inconnue perchoir pour nos abrutissements.
On jette les sorts son tablier on se quitte en bêlant balivernes
à bientôt.

Sur la table le manuel des malédictions ouvert à la page neutre
aux généalogies triviales qui vous partagent entre le crime à la
loupe vos postérités domestiques le bengale de vos feux sans
bataille.
Vous n'avez plus qu'un ménage de surface un demi-tour
d'étreinte à effectuer.

Entre-temps l'Aurore.
L'œil pervers vos doigts-fossiles sur le sofa.
L'éraflure rutilante mâle rapace usurpé ce n'est nul devenir
que vos météorologies d'épines ce zèle vorace à faire rôtir la
tourterelle. L'incompatible substance qui en découle.
Dans le four j'enfile l'objet fauve le hasard à rogner.
Je vous condamne à rectifier la taille des épluchures.

Déjà se fige le cygne en sa pluie d'incendies.
Déjà vous félicitez les disciples de la récidive.
Dans les soupentes c'est blanquette ébahie des départs et
l'attaque sans un bouclier.

L'hippocampe dans les catacombes nous décrit :
. roulis crissant la manœuvre des méduses
qui se saoulent à même l'ébréchure du jour répudié.
. Vos deux marrons glacés posés en fin d'année
comme un regret de travers sur la table de chevet.

J'égrène vos spectres autour de la maison
j'apporte des bottes aux étoiles qui fondent sur le plancher.
J'agrippe un éclat de vos fêtes en carton incrusté.
Je bâille au pied du monde.
Même les mouches sont couchées.


(Extrait de Esther Moîsa « Les variations saisonnières ».
Éditions Altor Sae Vertebris 1999)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire