vendredi 3 novembre 2017

GUSTAVE MOREAU - ORPHÉE SUR LA TOMBE D'EURIDICE

Gustave Moreau (6 Apr 1826 - 18 Apr 1898) - Orphée sur la tombe d'Eurydice, 1891


Le chantre sacré n'est plus. La grande voix des êtres et des choses est éteinte. Le poète est tombé inanimé au pied de l'arbre desséché aux branches frappées de mort. La lyre délaissée est suspendue à ces branches gémissantes et douloureuses.
L'âme est seule, elle a perdu tout ce qui était la splendeur, la force et la douceur ; elle pleure sur elle-même, dans cet abandon de tout, dans sa solitude inconsolée ; elle gémit et sa plainte sourde est le seul bruit de cette solitude de mort, tandis que, symbole du souvenir et de la piété fidèle et invincible, une lampe au fond d'une crypte funéraire répand sa lumière attristée et douce, sa flamme tremblante brûlant toujours.
Le silence est partout, la lune apparaît au dessus de l'édicule et de l'étang sacré clos de murs. Seules les gouttes de rosée tombant des fleurs d'eau, font leur bruit régulier et discret. Ce bruit plein de mélancolie et de douceur. Ce bruit de vie dans ce silence de mort.

(10 octobre 1897)



Extrait de "L'assembleur de rêves, écrits
    complets de Gustave Moreau"

  (A Fontfroide, Bibliothèque
  artistique & littéraire, l'an
  MCMLXXXIV, © Fata Morgana, 1984)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire