lundi 11 janvier 2010

CRÉPUSCULE IMPASSE DE LA PENSÉE



2 commentaires:

  1. Dans les délales vertigineux crèspusculaire de la pensée
    ____________________________________________________________
    Dans la clarté morne et glaciale

    D'un ténébreux soleil d'hiver

    Tu te blottis comme un animal

    Sous les tôles rouillées d'une Chrysler

    Entre une laverie automatique

    En train de cramer et un bunker

    Y a plus grand-chose de magnétique

    Sur la bande son de ton flipper


    Les gens tristement quotidiens

    Dans leur normalité baveuse



    Traînent leur futur d'euro-pingouins



    Au bout d'leurs graisses albumineuses



    Et toi tu ne sais plus où aller



    De cul de sac en voie sans issue



    T'as juste appris à éviter



    Les snippers et les tirs d'obus



    Sous les regards torves et nighteux



    Des cyborgs aux circuits moisis



    Les cerveaux devenus poreux



    S'en retournent à la barbarie



    Et tu traînes tes tendres années



    D'incertitude et d'impuissance



    Parfois tu rêves de t'envoler



    De mourir par inadvertance



    Dans les dédales vertigineux



    Et séculaires de ta mémoire



    Tu froisses un vieux cahier poisseux



    Plein de formules d'algèbre noire



    A quoi peut ressembler ton spleen



    Ton désespoir et ton chagrin



    Vus d'une des étoiles anonymes



    De la constellation du chien


    L'horreur est humaine, clinique et banale



    Enfant de la haine, enfant de la peur



    L'horreur est humaine, médico-légale



    Enfant de la haine, que ta joie demeure !

    RépondreSupprimer
  2. Te doy mis venas te doy mis manos y mi sangre, te doy mi vientre y mis ojos te doy mi alma, y el oscuro rojo de mi corazon...
    JTA

    RépondreSupprimer