jeudi 27 mars 2014

MAURICE FOURRÉ – OMBRES ET CORBEAUX CHANTEURS

Voici les fantômes légendaires, les revenants hallucinants et les farfadets thuriféraires, toute une communauté aux lunettes de phosphore, qui colporte, avec des futilités libertines, des lambeaux de lingeries livides, et le vieil angélus de naissance ou d'agonie, avec un collier chantant de perles cristallines accompagnant la danse médiévale des Innommables.
      De longues mains liturgiques se désincarnent pour offrir d'immortelles   roses et le baiser de paix des lèvres sans couleur, sur le tapis de cendre où l'armure, vidée du chevalier de fer, s'entoure d'une dalmatique écarlate que brode un invisible acier, devant le trône du cadavérique empereur, répudiant le sceptre du désespoir lunaire.

             Gaminerie sautante de l'heure.
             Caracolade mortuaire.
                        Yeux de verre
                                        Hennissements de la Nuit  
                        Tintez
                                  minéraux
                                         accompagnateurs                    
           et
           métaux
                                          harmoniques
           Offrez
                     vos échos
                                      vides
                     pipeaux
                     des structures 
                                      osseuses
                    de l'ombre
                    qui danse
                    et
                    qui chante
             - Nous avons sept ans ce soir...
             - Messieurs les Défunts vont nous conduire aux chevaux de bois...             
              - On fera la ronde des ossuaires...
              - Pour le carnaval des truands.
              - Des prélats.
              - Des sorcières.
              - Des belles d'amour et du roi.
              - On enfourchera les jambes de bois des culs-de-jatte.
              - On jouera au moulin à vent dans l'aire du sépulcre avec les béquilles de  
l'ex-voto...
              - Nous sommes les Rêveurs , que l'on va pendre à la balancelle des corbeaux en fleurs...


(Extrait de Maurice Fourré « Tête de Nègre", roman, 1960)
(Collages : Cerkita Zünd)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire