dimanche 8 mai 2011

Nusch Éluard



ladies with cameras Dora Maar dear Nush Eluard 1935
Nusch Éluard (née Maria Benz; 21 juin 1906 - 28 novembre 1946) était un modèle et une égérie des surréalistes comme Man Ray, et la seconde épouse de Paul Éluard.
Maria Benz commence sa carrière comme actrice à Berlin, où elle s'installe. Là elle vit de petits rôles au théâtre, où elle joue notamment des pièces de Strindberg à partir de 1920 et pose comme mannequin pour des cartes postales. Dans les années 1920, elle part pour Paris, où elle se produit comme actrice, acrobate ou hypnotiseuse au théâtre du Grand-Guignol, et sert de modèles à des photographes. En 1929, elle rencontre René Char et Paul Éluard, qui vient de se séparer de Gala partie avec Dalí, durant la période où elle pose comme modèle des surréalistes. Elle deviendra une égérie du groupe, notamment de Man Ray, pour lequel elle sera le célèbre sujet d'une série de photos de nus. Après environ cinq années de vie commune, elle se marie avec Paul Éluard en 1934, une semaine après l'union d'André Breton et de Jacqueline Lamba dans la même mairie, soulignant la proximité des deux couples. Nusch Éluard sera dès lors une figure permanente de l'œuvre de son mari.

Paul and Nusch Éluard, Mougins 1937 -by Dora Maar
"Les sentiments apparents
La légèreté d'approche                                    
La chevelure des caresses.
Sans soucis sans soupçons
Tes yeux sont livrés à ce qu'ils voient
Vus par ce qu'ils regardent.
Confiance de cristal
Entre deux miroirs
La nuit tes yeux se perdent
Pour joindre l'éveil au désir.'
(Paul Eluard "Nush")


[...] Dans la rue
D'un homme on en fait deux
Et de toutes les femmes on dégage l'unique
A qui je parle
A toi écoute je réponds
A toutes les paroles aux premières aux dernières
Aux murmures aux cris à la source au sommet
Je te réponds mon amour sans limites
Un village une ville et l'écho de ta voix
Taillant les villages les villes les partageant
La grande règle
Ce qui est digne d'être aimé
Contre ce qui s'anéantit
Sans songer à d'autres soleils
Que celui qui brille en mes bras
Sans t'appeler d'un autre nom
Que notre amour
Je vis et règne entre des murs
Je vis et règne hors des murs
Sur les bois sur la mer sur le champs sur les monts
Et sur les yeux et sur les voix qui les répètent
Habitante d'un monde où sans toi je n'ai rien
Ton cœur qui déjà dort oublie tout sauf mon cœur
Dehors nos souvenirs nuits à flanc de journées
Agitent nos liens sans pouvoir les briser.'"
(Paul Éluard, "Je veux qu'elle soit reine", à Nusch)                                                                           
                                                                                                       


Musica: Notturno Etrusco, 'Aninas' (Nicola Alesini).

Nusch Eluard,1937 by Dora Maar


Nusch Éluard par Man Ray. 1937
Man Ray Nusch Eluard 1936

2 commentaires:

  1. Le brulant a laissé entrevoir les nuages ,vieil adage .
    A croire qu'il leur a fait un passage! Il a perdu la mémoire.

    Goute à goute la neige a fondu, il faut en être convaincu
    Le lac majeur elle est devenue la neige . iI a mené la vie dure

    Au capitaine qui y a fait glisser son grand voilier
    Dans le bleu de l'été Marjolaine la plus belle: est née.

    Elle voulait vivre les quatre saisons dans la grande déraison
    y déposer sur chacune d'entre elle , la couleur de la passion

    Puis elle comprit que rien ne retourne à rien qu'elle ne pouvait savoir
    qui lui fallait comprendre qu'elle n'est qu'une passagère dans ce voilier instable

    Je vous raconte des lignes sorties des livres d'histoires
    Elle a tourné des pages Marjolaine ! Aujourd'hui elle ne sait pourquoi

    Souvent lorsqu'elle ferme les yeux lui revient de belles romances
    Celui où son capitaine était là sous ses draps en alternance

    De port en port lui naviguait de bras en bras il vaguait
    II ne savait qui ou quoi . Celle qu'il aimait été Marjolaine

    Je vous raconte une histoire celle de deux beaux amants
    qui ont passé leurs temps à croiser leur chemin de l'un et l'autre dépendant

    Puis un jour le voilier c'est aventuré dans la grande brumeuse
    là où tous les vieux monocles chantent des berceuses

    De celles là ne reste plus que chant de l'albatros
    celui qui ose celui dit celui qui pose celui qui prose ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce beau commentaire sur Nusch Eluard.
    Nusch, POrtrait d'une muse du Surréalisme
    Auteur : C. Vieuille, suivi des Collages de Nusch par Timothy Baum.
    50 photos de Man Ray, Lee Miller, Dora Maar. Portraits de Picasso, Miro, Magritte. Collages de Nusch.
    Editeur : Artelittera
    2010
    Prix : 40 euros / en librairies et sur Amazon.
    A télécharger sur http://www.artelittera.com/category.php?id_category=54

    RépondreSupprimer