mardi 27 juillet 2010

Frans Zwartjes (Alkmaar, 1927)



Filmographie

    * Dolls (1968). 16mm, 10 minuten.
    * Sorbet (1968). 16mm, 9 minuten.
    * Sorbet 11 (1968). 16mm, 3 minuten.
    * Birds (1968). 16mm, 6 minuten.
    * A fan (1969). 16mm, 7 minuten.
    * Visual training (1969). 16mm, 7 minuten.
    * Lijkensynode Stage-play (1969). 16mm, 5 minuten.
    * Compilatie (1969). 16mm 12 minuten.
    * Anamnesis (1969). 16mm, 18 minuten.
    * Eating (1969). 16mm, 10 minuten.
    * Collage (1969). 16mm, 8 minuten.
    * Spare bedroom (1969). 16mm, 15 minuten.
    * Toilet (1969). 16mm, 3 minuten.
    * Seats two (1969). 16mm, 10 minuten.
    * Behind your walls (1970). 16mm, 12 minuten.
    * Through the garden into the living (1970). 16mm, 22 minuten.
    * They are five (1970). 16mm, 22 minuten.
    * Spectator (1970). 16mm, 11 minuten.
    * Living (1971). 16mm, 15 minuten.
    * Moving Stills (1972). 16mm, 7 minuten.
    * Filmdecor opera Blauwbaard (Bela Bartók) (1972). 16mm, 25 minuten.
    * Audition (1973). 16mm, 40 minuten.
    * Bedsitters(1974). 16mm, 18 minuten.
    * Contact (1974). 16mm, 14 minuten.
    * June (1974). 16mm, 5 minuten.
    * About seven minutes (1974). 16mm, 7 minuten.
    * Mensen (People) (documentaire) (1974). 16mm, 45 minuten.
    * Holy Family (1974). 16mm, 15 minuten.
    * Body Art (documentaire) (1975). 16mm, 45 minuten.
    * It's Me (1976). 16mm, 35mm, 70 minuten.
    * Pentimento (1978). 16mm, 73 minuten.
    * Taboe (1979). 16mm, 5 minuten.
    * Sportief en toch gekleed (1980). 16mm, 9 minuten.
    * In extremo (1980). 16mm, 75 minuten.
    * Medea (1982). 16mm, 46 minuten.
    * Moord in de Cuyperspoort (1982). Video 47 minuten.
    * Rudi van Dantzig repeteert (1984). 16mm, 46 minuten.
    * Ik hou gewoon mijn adem in (1984). Ballet van Rudi Dantzig, video 33 minuten.
    * Charon, filmimpressie(1986). Naar dansproduktie Zenith, 16mm, 40 minuten.
    * Preparation(1989). Video, 10 minuten.
    * Portret Truus Bronkhorst, danser (1991). 16mm, 45 minuten.




http://inlog.org/2009/01/27/frans-zwartjes-films-on-ubuweb/

Birds [1968]

Visual Training [1969]

"Spectator" (1970)

A Fan (1968)

Sorbet III [1968]

                                                                                                                           
Behind your walls


“LIVING”
 Netherlands, 1971
Director, Writer, Cinematographer: Frans Zwartjes
Sound: Frans Zwartjes & Michel Waisvisz 15:00

samedi 24 juillet 2010

Planche cosmogonique de Pachacuti Yamqui Santa Cruz

© photo Stanislas De Lafon

 L'original de ce dessin, fait à la plume, est une partie de la chronique "Relación de antigüedades de este Reino del Perú", écrite autour du 1613 par Joan de Santa Cruz Pachacuti Yamqui Salcamaygua, un chroniqueur indigène, descendant des gouvernants des provinces de Canas et de Canchis. L'image résume les cultes du Qorikancha dans l'époque Inca. il faut tenir compte que le dessin a été fait de nombreuses années après que ces cultes furent expulsés du Qorikancha, par conséquent, l'auteur n'a pas pu les connaître par sa propre expérience. Son information se base probablement sur la tradition orale de ses temps.

On a l'habitude d" interpréter cette image comme représentation d'un mur intérieur, comme  grand autel ou comme la façade du temple Inca, avec les figures placées sur sa surface, mais le texte de la chronique ne fournit pas de références exactes à ce sujet. Quelques recherches voient dans le dessin de Pachacuti le schéma de la cosmovision andine (Robert Lehman-Nitsche et Gary Urton), les autres pensent que les dessins ont été inspirés par la structure des récits catholiques (Anne Sanchez et Pierre Duviols). Ce fût probablement le produit des deux influences : l'autochtone et l'européenne. Le dessin inclut des commentaires écrits à côté de chaque élément, dans trois langues : l'espagnol , le quechua et aymará.

© Darío Herreros, Cuzco, Perú, 2008

http://www.edym.com/amaru/web01/qorikancha01.htm

mercredi 21 juillet 2010

IKKYÛ

Nous sommes seuls.
Les portes sont fermées.
Ignorons les directions.
Dans ce milieu,
Qui est le Roi de la Loi (Vérité) ?
Si vous me demandiez
Une phrase concernant l'arrivée de l'hiver,
Je répondrais : "A partir de ce matin
La journée est plus longue d'une ligne."

(Extrait de "Nuages Fous")
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ikky%C5%AB_S%C5%8Djun

mardi 20 juillet 2010

Marcel Duchamp and Maya Deren

Witch's cradle (1943), unfinished work by Maya Deren with Marcel Duchamp. Remember First Papers of Surrealism: same threats, same desires.

First Part

Second Part

mardi 13 juillet 2010

Frantisek Drtikol

Jaroslav Rössler was undoubtedly one of the most important representatives of Czech avant-garde photography during the 1920s and 1930s. On an international scale his works rank among the most progressive examples of the use of abstract art and Constructivism in photography.

The beginning of Rössler's career is closely linked with Frantisek Drtikol, a classic name in Czech photography, in whose studio he trained between 1917-1920 and worked as an assistant for 5 years. The first influences from Drtikol are clear in Rössler's early work as seen through his subject matter, Symbolist drawings and his use of the bromoil printing process. Yet already in 1919 Rössler embarked on other style experimentation as in his work, Opus 1, where he uses constructivist elements in his composition. In the early 1920s he created several works which show minimal objects and forms that relish in abstraction like images from a few other photographic artists of his day such as Paul Strand, Alvin Langdon Coburn, Man Ray or Francis Joseph Brugière.

This period of Rössler's creativity is typical for the fusion of diverse styles. Elements in Rössler's photographs and drawings are not only inspired by Symbolism, Pictorialism and Expressionism, yet in works devoid of literary content he clearly is experimenting with cubistic and constructivist ideas. He showed an exceptional talent for reducing depicted reality to elementary lines and shapes for constructing a new reality. He photographed simple objects against a backdrop of black and white cardboard and paper; he gave spherical form to light through long exposures. He used multiple images, produced photo-montages and enhanced fragments by drawing black lines between several photographs.

From 1927 to 1935 Rössler lived with his wife, Gertruda and daughter Sylva in Paris, where he worked in different photography studios. The Eiffel Tower and other Paris structures became the subject of series of contructivist photographs and photo-montages. During this period he also used photo-grams, diagonal compositions, multiple negatives and lettering to create modern advertising. After his return to Prague in 1935 Jaroslav Rössler had a small studio where he produced only a few works in the way of photographs and photo-montages and in 1949, a collection of drawings. In the mid 1950s he once again began a prolific period of working with photo-montages, collages, still-lives and even in the 1960s, abstract colour transparencies.

In the 1970s Jaroslav Rössler's work began to receive recognition through the work of several Czech art historians who were able to introduce his work to an international audience. His work has since been included in numerous international group shows and small one-man exhibitions. He is represented in several Czech museum collections and international collections including the J.Paul Getty Museum, Santa Monica; Museum Folkwang, Essen and the Museum of Fine Arts, Houston to name a few.

"Jaroslav Rössler: photographs, collages, drawings" has been supported through Dogwood Projects, Frankfurt am Main and the Embassy of the Czech Republic, Bonn. It is a collaboration with the u(p)m, the Museum of Decorative Arts in Prague and curated by Vladimír Birgus and Jan Mlcoch.
                                                                                                                                       
















samedi 10 juillet 2010

Benjamin Fondane - Le mal des fantômes (extrait)

D'autres que nous ont fait la traversée
de cette vie, de ces mers. L'écume
de l'inconnu bava sur leur visage.

Ont-ils erré longtemps d'une fenêtre
à l'autre, sans oser ! Ont-ils pesé
les matinées immenses du peut-être !

Ces jours sans horizon, ces mers sans pli,
ces sentiments sans noms... que d'amériques
pour les pêcheurs de perles de l'oubli

et quel malaise au gris de la matière
quand des remous s'y creusent tout à coup
pareils à des idées silencieuses...

- Qui leur avait jeté autour du cou
le noeud coulant, têtu de l'Aventure,
(pendant que la bodée de cidre doux

râpait leur gorge ?) Bars de la marine !
faits à ma grosse aiguille par des esclaves
couchés sur les saisons... Qu'il ferait bon

qu'il ferait bon s'étendre sur vos nattes
et oublier, aux sources du sommeil,
l'immense bruit d'empires et de bottes

EN MARCHE...

(Editions Plasma, 1980)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Fondane


mardi 6 juillet 2010

LES NIMBES DE L’ATROCE


Corps enflés par une dernière valse échevelée. Les cadavres des porcs accouchent de l’arthrite de leurs filles. La cuisse se soulève, en recherche des couronnes de varices bleues sous les chairs noueuses des pubères cadavres changés en marbres aux tatouages bariolés, ô nos beaux  arcs-en-ciel sacrés aux présages obséquieux… L'insémination traverse le chapeau, étrangle la parole, rend les glaviots. Vidé l'os des veaux les intestins à vau-l'eau chancellent sous une bouche de ciel éclairée de rats. L'ombre d'une charogne guette le gel des taupes. Une couche de morts remonte vers les entrailles du vaccin. Humée la glaire chaotique, la colique du kiosque, aspirée la vache ténébreuse à la prunelle épaisse encombrée de décombres. Se meurent les corbeaux de novembre, les traire et boire le noir par le regard, les yeux rivés aux plus profond de la poche anale. Viande molle, flasque. Oiseau à demain de corps sang goutte. A cet instant rire haut de l'au-crâne malin. Caillots, goutte de ciel coagulée. Orbites, trous, pustules purulentes, souffre au lait de l'os dehors. La blancheur monte en faire-part ossuaire à la jonction des épidermes. La langue contre les parois humides, notes d'organes, griserie, c'est l'ascension asphyxiante des germes contaminés. Au centre de l'oeil turgescent, comme l'épanouissement du coma en extase recherchée. Le spectacle dans la boue, le souffle du pore, l'étranglement à la sortie sous les ventres tuméfiés des mortes. Les corps libérés des mots que suscite l'angoisse. Le rêve de ces doigts qui glissent en son sein comme bestiale protubérance en son dentier. Le massacre du gland à froid. L'étreinte digitale passion des paumes les phalanges s'insinuent ouvrant le corps mort, macchabée bourreau d'or. L'effort d'un rire, d'une grimace, caricature des chairs léchées à rebours, conjure le mal par le mal. Lambeaux et cernes ignorent la pitié. L'urine pourrit dans le galbe du ver. Le ventre des calvaires, sourde cohorte en son meurtre, infection des mouvements dans le charbon et la souillure du silence arraché aux tripes comme gémissements dérobés à la face de l'écume. Le rire paralysé sur les vestiges ténus d'une perte noire qui s'écoule de la raie à la fesse à l'ombre du champignon congestionné au centre de la vulve arachnéenne où s'abreuvent bruyères, reptiles, batraciens, mousse noire, corolles de bitume sous les voûtes amendées des cercueils de chair. Une morgue désaffectée où seul le chant des ouies parvient encore à se faire entendre par delà les oraisons funèbres de la nuit engrillonnée de pisse. 

samedi 3 juillet 2010

LA JONCTION

Décrypter le message envoyé par les singes. Car se sont bien les macaques
qui produisent l'émission. Sur ce point il n'y a aucun doute depuis le silence
définitif des Apu. Elle se sert d'eux et des écrans pour lui suggérer de rentrer
en contact. Déesse d'élan vêle vrille carpe ô combien notoire !
Faites taire ce putain de mainate mécanique une bonne fois pour toutes !
Sa zeuhl ritournelle me prend la tête. L'heure est au numérique, au bruit transparent !
Silence ! Et place à celui qui fait semblant. De boire par exemple pendant que
les autres s'imbibent jusqu'à la future génération; écoutant ce que racontent
les langues déliées bonnes ou mauvaises. N'avez-vous pas remarqué comme
les langues se délient lorsqu'elles sont bien chargées ? Des histoires comme s'il
en pleuvait, à propos de tout et de rien, d'un tel ou d'une telle : elle ne franchira
pas la haie, la gazelle est dans la tour et l'ivrogne en éléphant débite des insanités
sur son compte. Meubler pour ne pas tomber... en vérité je vous le dis, la chute
est préférable. Tous pensent qu'elle n'entend pas. Mais que faites-vous des espions
qui fondent au fond des verres ? Gaffe à la glace rapportée des pôles, ascenseurs
stellaires pour bactéries meurtrières. On the rocks, siempre on the rocks ou con
hielo señor ? Méfiez-vous de ces questions qui l'air de rien tentent de vous inculquer
des idées fausses. Surtout arrangez-vous pour qu'on ne vous pose jamais la question
de trop : Adam quoi ? Apprendre à devancer la question, l'esquiver, reconnaître
son parfum : un sentier qui va du jasmin au cadavre. Déféquer, déféquer jusqu'au
sang. Nul déchet ne doit traîner au sein de l'organisme. Outsider jusqu'aux limites
des strates de la conscience. La où se forgent l'instinct et l'intuition. La jonction.
Arabesque de rêves prise dans la spirale du temps. C'est comme ça que l'on te voit
mon pote. Un outsider. J'épouse le rôle si parfaitement que j'en ai mal à la réincarnation !

jeudi 1 juillet 2010

Summer Storm - Tatsumi Hijikata (1973)

土方巽 - 夏の嵐 (Hijikata Tatsumi - Natsu no arashi) Butoh / Buto
Released: 1973/ 2003
Recorded at the Westside Auditorium of Kyoto University in 1973 on 8mm film, the footage was restored in 2003 by Microcinema.

Director:
Misao Arai

Starring:
Tatsumi Hijikata
Yoko Ashikawa
Saga Kobayashi
Kiichi Tamano
Yukio Waguri